[Test – PS4] – The Witch and the Hundred Knight 2 – Le sortilège raté ?

Les J-RPG sont très nombreux et disposent chacun de mécanismes qui leurs sont propres avec bien souvent une technique dépassée contrairement aux RPG occidentaux. Cependant, ils n’ont pas à rougir face à la concurrence en osant faire des choses que les développeurs occidentaux n’iraient jamais imaginer. Aujourd’hui, nous allons voir ensemble ce qu’est le JRPG The Witch and the Hundred Knight 2 sur PS4 !


Un scénario très simple.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

L’histoire commence par la rencontre de l’un des premiers personnage principaux, Amalie. Celle-ci recherche sa petite sœur qui a disparu du jour au lendemain et qui refait surface plutôt rapidement mais avec une étrange cicatrice verticale sur le front. Mais quand les villageois s’en aperçoive, ils changent totalement de comportement et deviennent agressif envers la jeune fille (et donc aussi auprès d’Amalie qui prends sa défense). Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle est contaminée par la malédiction d’une sorcière. Par la suite, une multitude d’événements auront lieu comme la capture de la fille contaminé afin de pratiquer des expériences mais durant lesquelles elle perd la vie. Le corps de la petite se retrouve alors contrôlé par une sorcière et qui au passage donne vie à la peluche qui l’accompagnait afin de s’en servir comme serviteur. C’est à peu près le pitch qu’offre le jeu auquel s’ajoute quelques rencontres de monstres ou de personnes chassant toutes les sorcières du monde (ici les saintes valkyries). Il n’est pas vraiment sensationnel mais le scénario reste clair et cohérent pour un jeu de ce calibre et bien entendu, j’ai tout fait pour vous spoiler un minimum.


Beaucoup de contenu mais un gameplay rigide !

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

Le jeu dispose d’un contenu relativement sympathique avec plusieurs types d’armes disposant chacune d’un gameplay associé. Cependant, le maniement s’avère relativement rigide que ce soit dans les contrôles, dans les déplacements et ce surtout durant un combo (on peut rapidement se faire enchaîner et/ou avoir du mal à interrompre son combo). Le système de forme permettant de jouer un personnages aux stats défensives voir même offensives est relativement bien pensé et permet d’avoir toute une multitude de skills en tout genre. Et oui, les formes ont des capacités qui leurs sont propres. Au bout d’un certain nombre d’heures intervient le crafting au sein d’une forteresse où de multiples choses sont possible mais celui-ci reste relativement brouillon à mon goût. Le système d’inventaire est assez frustrant car il est limité (bien qu’il s’agrandisse au fur et à mesure qu’on gagne des niveaux) et comble de la chose : les équipements ramassés en mission ne sont qu’utilisables qu’à la fin de celle-ci !


Un carac-design aux petits oignons mais un world-design aux fraises.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Le design des personnages jouables ou non est vraiment de très bonne qualité et même digne d’un animé. Chaque personnage est relativement unique dans son apparence comme dans son comportement, mis à part quelques stéréotypes qu’on a l’habitude de voir régulièrement dans les jeux japonais. Et à côté, nous avons le droit à un world-design totalement en retard techniquement parlant : les décors sont très moches et sont à peine dignes d’un jeu PS2. La caméra est tout bonnement immonde et détruit le confort du gameplay qui n’est déjà pas spécialement bon. Même quand les graphismes du jeu sont configurés sur la qualité maximale, il reste toujours aussi laid avec des textures qui sont très mal fignolées et possédant pas mal de clipping. Et oui, il y a des options de graphisme pour un jeu PS4, chose qui m’a étonné !


Conclusion

The Witch and the Hundred Knight 2 est pour moi un mauvais J-RPG et même l’un des pire auquel j’ai pu jouer. Je dois y avoir jouer environ une trentaine d’heures (ce qui est amplement suffisant pour en rédiger un test sur celui-ci) et je ne peux que le déconseiller à cause des points soulignés plus haut dans le test. Normalement, j’ai pour habitude d’accrocher facilement aux RPGs étant quelqu’un d’expérimenté dans le domaine mais celui-ci est à éviter, je vous l’assure. Je ne connaissais pas la licence n’ayant pas joué au tout premier. Et quand je vois le résultat du second, rien que de penser au fait qu’il y a eu un précédent me terrifie. Je vous remercie d’avoir lu ce test en espérant qu’il vous a plu et à la prochaine pour un nouveau test !

Merci à Koch Media de m’avoir fournit le jeu !

Les + :

– Possibilité de mettre les voix japonaises.
– Beaucoup de contenu.
– Un charac-design aux petits oignons.
– Quasiment doublé dans sa totalité.

Les – :

– En retard techniquement et graphiquement parlant.
– Un scénario qui ne casse pas trois pattes à un canard.
– Un gameplay rigide
– Uniquement en anglais

Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Aie, c’est dommage, le jeu partait sur de bonnes bases avec ses visuels lors des dialogues et de l’interface, mais on se retrouve face a un problème (majeur pour moi, mineur pour beaucoup) des jrpgs récents : des graphismes lors de toutes les autres phases aux fraises.

    Si encore le scénario suivait, on pourrait passer outre, mais dans le monde vidéo ludique d’aujourd’hui, ou se démarquer est très important, c’est dommageable.

  2. Aah ce test rappelle des souvenirs… ! Malgré les mésaventures qui t’est arrivé, ça fait bien plaisir de voir ces tests de nouveaux sur les internets ! 😀

    Bon courage à toi pour la suite mon Swordy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *