Soyons sérieux ! – # 1 – Harcèlement scolaire

Bonjour tout le monde aujourd’hui nous nous retrouvons pour un article assez inhabituel sur le blog. Comme vous le savez je parle uniquement de ce qui me passionne sur le blog. Il y a quelques jours j’ai décidé que je ferais un article sur ce sujet après avoir lu des écrits là-dessus et également pour une autre raison sur lequel je reviendrais en fin d’article. Je ne vous cache pas que ça va être très difficile de mon côté pour vous écrire tout ceci et je pense que ça sera un peu difficile pour vous de lire mes quelques lignes.

Avant de vous parler de ce que j’ai vécu, je vais vous parler du sujet plus globalement qui est le « harcèlement scolaire ». Beaucoup trop sous-estimé le harcèlement scolaire amène plusieurs jeunes à en venir à des actes malheureux comme le suicide ou à d’autres choses alors que les adultes ne font rien ou pas assez pour résoudre tout ceci. Quand un élève est la cible de harcèlement, c’est à cause d’une « différence » comparé aux autres (poids, taille, ethnie, tenue vestimentaire, etc…). Cela peut être des mots comme des coups, l’un comme l’autre est un acte grave et punissable par la loi. Sans oublier que le harcèlement a un impact lourd sur le moral. Bref vous avez compris ce qu’est en soit le harcèlement scolaire (il en existe même dans le milieu professionnel !) et il y a même des œuvres qui traitent du harcèlement scolaire (manga, anime, films, etc.). Le dernier anime que j’ai vu et qui traite du sujet est la seconde saison de Sangatsu no lion et en terme de film, j’ai vu uniquement l’oeuvre néerlandaise qui existe sous le nom de Spijt. (Le film n’est plus sur Netflix)

Bon… C’est avec difficulté que je me met à écrire ces quelques lignes. Le harcèlement scolaire m’a poursuivit durant la totalité de ma scolarité, pourquoi ? Tout simplement parce que je suis quelqu’un d’assez rondouillard en plus d’être assez petit. Ce qui fait que j’ai toujours été la cible de moquerie verbale sur mon physique et ça faisait même des jeux de mots avec mon nom de famille (vu que j’avais peu d’amis, mais ce « n’était  qu’à la primaire » sur le nom de famille et les amis). Pouuuh ces mauvais souvenirs qui remonte que ça fait mal ! Mais bon il faut faire face à tout ceci et penser au présent ahahaha ! Donc j’essuyais de multiples moqueries toute aussi blessante l’une comme l’autre qui étaient très dure à encaisser et me faisait fondre en larme en pleine classe ou ailleurs. Vous allez me dire mais pourquoi tu n’as rien dit ? La fierté, j’ai toujours été quelqu’un de trop fier et je voulais toujours faire mon grand garçon (et c’est toujours le cas maintenant ce qui fait que j’ai quelques difficultés sociale dans des relations amicales comme amoureuses.). Enfin je me plaignais de ça auprès des professeurs à l’école primaire, mais ils me disaient que je grossissais les choses et que je devais arrêter de me plaindre. (ce qui fait que j’ai même été un peu la tête de turque avec certaines professeurs en primaire, mais ça s’est rapidement arrangé vu que je n’ai eu que deux professeurs qui ne pouvait pas m’encadrer). La période la plus compliquée fut le collège où les insultes étaient beaucoup plus soutenue et méchantes, c’est à ce moment là que j’ai commencé à avoir des pensées noires. Cependant je ne suis pas allé jusqu’à les rendre réelles contrairement à d’autres, malheureusement. Ce harcèlement a entraîné une grosse perte de confiance en moi (que j’ai toujours) et également ce fameux échec scolaire que j’ai traîné durant tout le reste du cursus scolaire. Mes parents ont fait le choix de me mettre en 3ème Découverte Professionnelle 6 heures et donc j’ai changé d’établissement, ça m’a fait un bien fou, mais… Le harcèlement était encore était revenu mais beaucoup moins appuyé qu’auparavant, mais ça s’est aggravé sur les années du BEP/BAC. Ce qui fait qu’il y a eu un énorme retour en arrière et l’enfer est revenu à moi avec des moqueries sur mon poids. Néanmoins le fait que j’ai un groupe soudé à ce moment-là et que ça commençais à aller loin (groupe sur Facebook pour se moquer de moi) avec mes amis de l’époque nous avons réunis diverses preuves et tout donné au Directeur du Lycée (que je remercie d’ailleurs même s’il a été un peu trop gentil à mon goûts.) C’était un groupe de quatre/cinq élèves qui m’embêtait quotidiennement sur mon poids qui fut la cible du Directeur, le plus infernal fut viré du lycée et les autres ont été avertis qu’au moindre faux pas, ça allait être leurs tours aussi et c’est là que tout s’est calmé (fin de la première de BAC). Ma famille ont appris ce harcèlement seulement à la fin de mon Bac et mon père m’avait engueulé sur le fait qu’il ne fallait pas rester de marbre face à eux (il a toujours une tendance à dire : « Il faut leurs foutre une raclée »), mais j’ai toujours été contre la violence vu qu’elle engendre la violence tout comme la haine. Il a réagit comme ça parce que ça lui a foutu les boules d’apprendre que son fils était la cible de moqueries. (et je ne lui en veut pas) Enfin tout ceci m’a amené à ma situation actuelle où je suis totalement au fond du gouffre sur tous les plans existants mais je remonte petit à petit la pente même si c’est compliqué !

Pourquoi vous avoir parlé de tout ceci ? Parce que j’avais besoin d’en parler et du fait que ça a entraîné beaucoup de mal-être chez moi (ce qui explique l’irrégularité de mes articles d’ailleurs), mais surtout pour sensibiliser les gens sur ce sujet beaucoup trop peu abordé de nos jours. Encore aujourd’hui j’ai de l’entourage qui ont des enfants harcelé à l’école et fort heureusement la plupart ont un énorme soutien. Pour ceux qui lisent ça et qui en sont victime n’ayez pas peur de faire le premier pas pour en parler à votre entourage et ainsi prendre des mesures pour battre cette mauvaise chose qu’est présente constamment dans notre société actuelle. Quitte à aller jusqu’à les poursuivre en justice, faite-le ! Même s’ils vous menacent ! Les plus lâches dans cette histoire, ce sont les harceleurs !

Je ne suis pas rentré plus dans les détails pour éviter de faire trop remonter les mauvais souvenirs des harcelés qui peuvent me lire mais sachez que vous êtes de bonnes personnes et que seul eux sont fautif. Pour clôturer cet article je vais vous parler d’un gros projet que j’ai en tête sur le thème du « harcèlement scolaire » et c’est une bonne occasion pour vous le dévoiler. Depuis plusieurs mois et depuis l’acquisition d’un bon micro, j’ai pu côtoyer des communautés de Saga MP3 (Donjon de naheulbeuk, Reflet d’acide, etc.) pour en apprendre plus sur le milieu et je me suis dit la phrase suivante : « Pourquoi ne pas faire en sorte d’adapter ma période difficile du collège pour sensibiliser les gens au harcèlement scolaire ? ». Voilà qu’est né l’un de mes nombreux projets que j’ai en tête, celui d’en faire un épisode audio unique sur le dit sujet. Pourquoi vous en parler ? Tout simplement parce que je vais commencer à attaquer ce projet en commençant par l’écriture et je vous tiendrais au courant de l’avancement du projet. Ce n’est pas tout ! J’ai également besoin de quelques personnes pour prêter leurs voix (et donc un bon micro) pour la saga avec très peu de lignes de textes (mais parfois certaines lignes seront difficile à enregistrer), mais pour le moment je n’ai rien à vous mettre sous la dent. Si vous souhaitez tout de même y participer sachez que vous pouvez commencer à m’envoyer un test audio avec quelques phrases que vous choisissez que ce soit en message privé Twitter comme à l’adresse mail suivante : contact.swordy@gmail.com .

Merci à vous d’avoir lu ce petit article pas commun sur le blog et je vous dis à la prochaine pour un autre article !

Ps 1 : N’hésitez pas à allez lire cet article que j’ai lu récemment et qui m’a donné envie d’écrire ce petit papier.

Ps 2 : Désolé pour quelques tournures de phrases bancale et quelques fautes, mais j’ai décidé de ne pas faire corriger cet article.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. Alors là ! Ton article était très émouvant !.. C’est dans ce genre de cas qu’on se dit « ah oui… oui c’est vrai je l’ai vécu aussi » ! C’est aussi la qu’on se rend compte à quel point l’humain est immonde. Et à quel point nous vivons dans notre monde. C’est important de réussir à passer outre, à essayer d’oublier, mais c’est aussi important de s’en souvenir !
    Je suis très enthousiaste pour ton projet audio ! J’ai vraiment hâte de voir le résultat final 👍🏻 Je pourrais éventuellement me proposer à aider ! Pourquoi pas 😶 Je n’ai pas l’an plus belle voix du monde, mais je serais contente de t’aider à concrétiser ça. Il faut aider les autres à comprendre cet acte.
  2. Bon article. Ayant été aussi harcelée au lycée par un petit groupe je sais ce que s’est. Je ne l’ai avoué à mes parents que très récemment (genre 5 ans peut être après les faits), pourquoi ne rien dire ? Je ne sais pas, peut être parce qu’ils n’auraient rien pu faire, c’est ce que je me disais.
    J’en avais parlé à l’une de mes profs (de droit s’il te plaît qui plus est) et la seule chose qu’elle a fait, c’est quoi ? Les mettre à un rang plus loin de moi …… Comment te dire que ça n’a rien fait du tout puisque je recevais constamment des bouts de papier, gommes et j’en passe, avec des surnoms sympas.
    Tout ça parce que j’écoutais une musique différentes de la leur, j’avais un look différent (ah oui le look emo, musique dans le même style, rock et tout ce que tu veux, mon dieu j’aurai dû savoir que c’était un crime pour eux).

    Enfin bref gros commentaire pour te dire que je connais absolument ton sentiment de perte de confiance en soi, même plusieurs années après les fait. Ça nous poursuit. Et pourtant je n’ai absolument pas changé d’un iota question musique, je me suis juste assagie question fringue mais ça plus pour le boulot et parce que j’ai grandit, mûrie.

  3. C’est horrible ce que tu as vécu ! Je te soutiens de tout mon coeur ♡

    Perso, comme je te l’avais expliqué, c’était pas quelques personnes qui me persécutaient ; c’était plutôt une attitude générale d’à peu près tout le monde, un rejet global de la part de toute la promo, et ce depuis le CE2. Des sourires, des murmures, des petits rires, et souvent, tellement souvent, l’entente de mon prénom à l’autre bout de la classe, sans parvenir à distinguer davantage de mot.
    Et les regards. Pesant, lourds, insistants, moqueurs, avec cette petite étincelle à l’intérieur qui me hurlaient《 tu n’es pas des nôtres ! 》avec toute la force du silence.. Je les ENTENDAIS carrément, ces regards, je les sentaient résonner en moi.

    Qu’avais-je – qu’ai-je – de différent ? Au commencement, juste une maman poule aux goûts vestimentaires douteux qui choississait mes tenues, avec des résultats assez laids (je dois l’avouer moi-même), et encore, ça a débuté uniquement par le besoin d’un bouc-émissaire je crois, les vêtements n’étaient qu’une excuse
    Ensuite, au collège, combiné à ça, des notes supérieures aux autres élèves et l’adoration de la lecture, ainsi qu’une non-connaissance presque totale des jeux vidéos et séries voire chanteurs a la mode.
    Et par la suite, fin collège et lycée, une façon de penser bien différente, un style vestimentaire particulier, pas d’utilisation de maquillage, des goûts particuliers également, un non-conformisme, et surtout un « sérieux » – ou plutôt une maturité – qui me rendait plus ‘intello’ que les gens qui avaient 18 de moyenne.

    Alors lorsque le miracle est arrivé sous la forme d’un mp3 qu’on m’a offert…! J’ai passé mes deux années de Bac les oreilles pleines de musique, afin de ne plus entendre. M’isoler. Respirer. Survivre, littéralement ; vivre une vie par-dessus, à l’écart, en hauteur, loin des monstres. Ç’a été un tel soulagement !

    Bien entendu, je ne suis pas dupe, les mots étaient toujours là. (Davantage, même, puisque mon casque est vert fluo, ce qui attire les regards XD).
    (D’ailleurs, je croyais en entrant en première que tout s’était arrêté, qu’on me devisageait certes avec méfiance mais sans animosité. J’avais tout faux ! J’ai appris par une amie qui côtoyait d’autres gens de ma classe, que même dans les couloirs entre les cours – quand j’étais présente donc – on se moquait de moi. Y compris des personnes avec qui je m’entendais bien – croyais m’entendre. Et elle n’a pas voulu me répéter leurs paroles, ce qui veut tout dire sur le genre. Après ça, je me suis totalement isolé de la classe et je me sentais TELLEMENT seule et abandonnée que j’ai même craqué devant des profs, à pleurer comme une martyre après le cours (messieurs mes anciens profs de PC et de maths, vous êtes les meilleurs ! ♡). Il m’arrivait aussi souvent de pleurer la nuit à l’idée de revenir et d’être toujours plus seule.)

    Et mes amis dans tout ça ? La majorité de leur nombre restreint se trouvait en L. Et ce n’avait été par le passé pas mieux pour eux, alors que pouvaient-ils faire ? Au moins je souriais – enfin – en leur présence.

    Bref, voilà. Ce n’était même pas du harcèlement, ‘seulement’ un mépris organisé. Mais ça me libère tellement de le raconter !
    Merci Sword pour cet article ;-*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.