[TEST – PC ] – Empire of sin – Bang bang !

Haut les mains, jeune gangster ! Aujourd’hui, nous allons te… TESTER !

Bien le bonjour à vous, aujourd’hui nous nous retrouvons pour un nouveau test sur un jeu assez atypique, Empire of Sin, développé par le studio irlandais, Romero Games (Sigil) et édité par Paradox. Il fait partie des jeux que j’attendais cette année et nous allons voir ensemble, s’il s’agit d’un bon ou d’un mauvais jeu.

Avant toute chose, je tiens à vous dire que les jeux au tour par tour et moi, c’est une grande histoire d’amour et Empire of Sin s’avère être très différent des autres jeux du genre. Il s’agit d’un jeu qui traite du milieu mafieux dans les années 20, un thème que j’apprécie énormément et c’est pour cela que je l’attendais avant tout.

 

Disponible sur PC, PS4, Xbox One et Switch au prix de 39,99€. Le jeu a été testé sur PC !

Un gameplay atypique !

Il faut savoir que je m’étais très peu renseigné sur le jeu et que celui-ci a réussi à me surprendre sur le plan du gameplay, puisqu’il ne s’agit pas d’un simple T-RPG, mais plutôt d’un Tactical-Simulation. Ne vous inquiétez pas, je vais vous expliquer plus en détail le genre particulier que dispose ce jeu. En premier lieu sachez que vous avez la possibilité de choisir un personnage au milieu de 14 personnalités toutes aussi diversifiées les unes que les autres, ça part du bagarreur irlandais jusqu’à la diva québécoise.

 

La partie tactique est ce qu’il y a de plus simpliste au sein de ce jeu. En effet, le studio a adopté un style relativement minimaliste pour les combats au tour par tour qui ressemblent fortement à Wasteland 3 que j’ai pu tester et vous présenter sur le blog.  En effet, vous disposez d’un système de demi-couverture ou de couverture totale, selon ce qui vous protège des attaques. Vos actions d’attaque disposent d’un pourcentage de réussite, que ce soit avec une arme à feu comme une arme au corps-à-corps. Selon l’arme, vous disposez d’une capacité spéciale, comme les fusils à pompe qui ont le droit à un tir en cône. Chaque personnage dispose de deux Points d’Action. En ce qui concerne l’équipement vous avez à votre disposition : Armes principales (Fusil d’assaut, Fusil sniper et Fusil à pompe), Armes secondaires (magnum, etc…), Armes corps à corps, Soin et Armure. Chaque personnage recrutable, comme les boss que vous pouvez choisir en début de partie, dispose d’un arbre de compétence ainsi que d’une compétence qui lui est propre et qui l’amène à avoir une certaine spécialité, mais également des traits de caractère. Il n’y a vraiment plus grand chose à dire sur cette facette du gameplay malheureusement.

Ce jeu s’avère être assez similaire à un jeu de plateau puisque vous jouez dans plusieurs quartiers qui sont occupés soit par votre famille, soit par celle de vos adversaires. Ces quartiers disposent chacun de bâtiments, qui appartiennent à des brutes ou à des rivaux. Vous disposez de quatre choix lorsque vous arrivez à vous débarrasser de votre adversaire. Vous pouvez attaquer un bâtiment puis le contrôler pour le transformer en : Bar, Brasserie, Casino, Hôtel, Planque ou Maison close. Soit le piller pour y récolter diverses choses et le rendre inutilisable sur une courte durée. Vous pourrez éventuellement le démolir, qui est l’équivalent de le piller, mais sans obtenir les objets et en contrepartie, le bâtiment est inutilisable plus longtemps. Enfin, vous pourrez également le raser et le rendre totalement inutilisable pour tout le monde, mais cela nécessite un personnage défini comme étant démolisseur.

En ce qui concerne les interactions avec les bandes rivales, le gameplay est très simple, vous pouvez les attaquer ou nouer des alliances. C’est avec les alliances que le côté gestion est énormément mis en avant. En effet, lorsque vous faites un pacte avec une autre famille, vous disposez de bonus auprès d’un type précis de bâtiment et en contrepartie, vous devez les aider sur des types d’activités précises. Vos compagnons de bagarre sont également recrutables au sein d’un livre où vous disposez d’une grande grille de personnages variés disposant de relations positives comme négatives entre chaque personnages.

 

Gameplay 35%
Le mélange des deux genres est fort intéressants et très compatibles, néanmoins les bonnes idées du studio sont trop peu exploitées. Au final, nous nous retrouvons avec un gameplay daté et beaucoup trop minimaliste.

Un univers respecté, mais des graphismes datés !

La plus grande force de ce jeu est clairement son ambiance qui respecte totalement cette période aux Etats-Unis. On y retrouve tout l’attirail qui était présent durant les années 20 que ce soit les vieilles voitures de l’époque comme les vieilles armes à feu, tout y est. Les chara-design des personnages respectent énormément le code vestimentaire de l’époque et disposent d’une énorme variété, mais malheureusement tous les points positifs s’arrêtent ici.

En effet, le jeu dispose de graphismes relativement datés, avec de temps à autre des textures baveuses. En plus de cela, la gestion du zoom est assez mal maîtrisée et ne permet pas de zoomer et de dézoomer assez à mon goût. Qui plus est, l’interface s’avère être également minimaliste et certaines pages sont souvent très chargées en information, chose qui pourrait faire peur aux néophytes du genre. La musique est assez sympathique, mais beaucoup trop peu variée et celle-ci s’avère être trop discrète en majeure partie.

 

Graphismes 50%
Les graphismes d'Empire of sin sont capable du meilleur, mais également du pire. On y retrouve des textures baveuses, un zoom insuffisant, des PNJ qui sont peu variés et bien d'autres choses. Le seul point positif est l'ambiance du titre qui est respecté graphiquement parlant.

Est-ce une réussite ou la douche froide ?

Malgré une ambiance vraiment très appréciable, le jeu souffre de nombreux défauts et on a plus l’impression d’avoir un jeu pas totalement terminé. Pourtant celui-ci dispose de très bonnes idées, mais souvent très peu exploitées et c’est très dommage. Qui plus est, beaucoup de choses ne vont pas. Par exemple, vous pouvez vous débarrasser d’une famille entière en rushant le boss en toute simplicité, vous amenant à l’annihiler totalement du plateau, aussi simplement que ça. La chose qui m’a le plus frustré dans mes sessions de jeu est le système de précision des tirs en mode tactique, qui est totalement à l’ouest et manque de précision et même en jouant à la souris, c’était vraiment agaçant.

Il est très surprenant, au vu du thème traité par le jeu, mais contrairement à la majorité de ceux qui y ont joué dans mon entourage, je n’ai pas du tout apprécié le jeu.

En conclusion, ce fut une réelle déception…

Je tiens à remercier énormément Koch Media pour avoir fourni une version pour le blog et également Miyoki pour sa relecture.

Passez une bonne journée !

Note générale 40%
Les jeux traitant de cet univers sont trop peu nombreux et surtout dans le genre du jeu. Malheureusement le studio nous a offert un jeu beaucoup trop simple et qui manque de personnalité.
  • Une ambiance au poil
  • Respect de la période des années 20
  • Les boss jouables très mal équilibrés
  • Une Intelligence Artificiel à la ramasse
  • Manque finissions
  • Pas de touche pour une sauvegarde rapide en 2020

J.Swordy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *