[TEST – SWITCH ] – Ys IX: Monstrum Nox – Un A-RPG monstrueux ?

cover ys ix[2883]

  • Date de sortie : 06/07/2021 (Sorti plus tôt sur PS4)
  • Genre : Action RPG
  • Plateformes : Switch, PS4 et PC
  • Développeurs : Nihon Falcom Corporation
  • Editeur : NIS America, Inc
  • Prix : 49,99 €
  • PEGI : 12
  • Langue Texte : FR
  • Voix : Anglais et Japonais

Bien le bonjour à vous tous !
 
Aujourd’hui, nous nous retrouvons avec un nouveau test sur le blog et notamment sur une licence où je suis totalement néophyte. En effet, nous allons parler de l’Action RPG, YS IX : Monstrum Nox.  Je connaissais tout de même de nom celle-ci, mais que lorsque les jeux étaient en 2D et surtout uniquement en anglais à l’époque (c’est le deuxième en français, si je ne me trompe pas.).
 
La version traitée dans ce test est la version Switch. Il est également disponible sur PS4 sorti plus tôt et PC qui est sortie en même temps que la version testée aujourd’hui. Sans plus attendre, le test !

Le scénario qui repose sur le mystère !

"Le célèbre aventurier Adol "le rouge" Christin et son comparse Dogi arrivent à Balduq, une ville annexée par l'empire Romun, à son arrivé, notre héros se fait arrêter et est directement envoyé en prison.  Lors de sa détention il rencontre une mystérieuse jeune femme nommée Aprilis, qui le transforme en Monstrum, une personne dotée de dons et qui a le pouvoir d'exorciser les monstres. Adol maintenant nommé le "Roi Rouge" s'allie à d'autres Monstrums pour repousser les menaces émergentes de la Nuit de Grimwald, une dimension alternative dont les miasmes se répandent dans Balduq. Dans cette dimension, des monstres nommés Lemures y résident et son le mal qui ronge la ville. Adol et ses nouveaux compagnons doivent alors les exterminer pour dissiper la Nuit de Grimwald et ainsi lever le voile sur les mystères qui entourent la malédiction des Monstrums et de Balduq. "

Ce JRPG dispose d’un scénario fort sympathique, mais très long à se mettre en place. C’est clairement la marque de fabrication des J-RPG qu’ils soient récents comme anciens. Néanmoins, dans YS IX, on y retrouve un panel varié de personnages ayant chacun ses raisons d’être un Monstrum. Ce qui amène à avoir un background des personnages très poussé, ce qui change de certains JRPG où ils sont très peu exploité (notamment les personnages féminins qui sont malheureusement victimes de cela). L’ambiance scénaristique de ce jeu est vraiment intéressante qui est saupoudré d’un voile de mystère et de surnaturel, que c’est plaisant ! Grosse grosse mention à l’histoire de Falco que j’ai beaucoup aimé et qui démontre qu’il a ses propres raisons d’agir ainsi, normalement je ne suis pas spécialement friand de ce genre de personnage. 
 
Scénario 80%
Bien que long à se mettre en place, YS IX dispose d'une base scénaristique solide. Entremêler mystère et surnaturel, on a toujours l'envie de continuer les aventures de nos chers Monstrums. Ces mêmes individus ne sont pas forcément bien vu par la société et œuvre pleinement dans l'ombre, cela est assez semblable à Persona 5. Ils ont chacun leurs propres volontés d'être ainsi et cela permet d'avoir des personnages très bien traités, cela change de certains jeux. Ce qui amène à avoir un côté scénario très bon et cela fait plaisir ! Néanmoins, je suis un peu déçu d'avoir le même schéma d'avancement dans la plupart des chapitres à notre disposition.

Rapidité et réactivité sont maître dans ce jeu !

YS IX est un jeu qu’on pourrait catégoriser comme étant un Action RPG. Qui plus est, celui-ci dispose d’un monde plus ou moins open world. Puisque vous évoluez au sein de la cité-prison Balduq (à ne pas confondre avec Baldur) qui est une grande carte où vous débloquez plusieurs zones en avançant dans le scénario. D’ailleurs, ces quartierssont déblocables suite à des combats semblables à du Tower-défense, puisque vous vous devez vaincre des vagues d’attaques visant un pilier que vous devez protéger. Certains lieux et notamment coffres (ou objets collectables) sont accessible grâce aux pouvoirs des différents Monstrum qui constituent votre équipe. Vos personnages disposent de quatre emplacements pour y intégrer une capacité active de votre choix.
 
 
En terme d’équipement, chacun dispose de son arme signature et ensuite l’armure est au choix. Qui plut est, vous avez la possibilité d’avoir deux accessoires par personnage ainsi que des reliques qui octroient des bonus à toute l’équipe. Il y a des features de gameplay que je vous laisserait découvrir de votre côté, histoire de ne pas vous gâcher les différentes surprises.
Gameplay 90%
L'association des idées de gameplay au sein du jeu est vraiment une réussite total. Vous avez la nervosité du côté action avec les mécanismes de RPG à foison comme le crafting voir même la gestion de votre équipement. Les pouvoirs des différents Monstrum donnent envie d'explorer la ville. Un peu triste de ne pas voir spécialement de variété en terme d'arme et d'armure, sur ce plan-là, c'est relativement pauvre.

Graphiquement très daté sur Switch

On attaque enfin le côté qui fâche, mais on va d’abord parler de ce qui est bien, car oui tout n’est pas à jeter.
 
 
En premier temps, le fait d’avoir une carte considérée comme une ville-prison est quelque chose d’assez inhabituel et ça fait plaisir. Les différents quartiers sont relativement variés et plutôt classiques, mais l’ambiance qui y règne est très unique à ce jeu où y règne à la fois la froideur d’un univers carcéral comme d’une ville commerçante. N’oublions pas le carac design juste magnifique des différents personnages et notamment de la forme Monstrum de nos personnages jouables.
 
 
Alors maintenant, parlons de ce qui ne va pas spécialement sur le plan graphique. En premier temps ce qui est relativement choquant est le clipping très important sur cette version Switch, notamment lorsque vous tournez la carrément. Qui plus est, l’image s’avère avoir un léger effet flou ainsi que des textures relativement pixellisé, à tel point que je me demande si je suis sur un jeu Switch (en plus j’ai changé de TV en passant d’une 40 pouces à  une 55 et c’est encore pire sur la nouvelle). Sans oublier que le jeu dispose d’une Framerate très fluctuante et notamment durant les grandes batailles où tous les Monstrums se battent en même temps.
 
 
Les musiques du jeu sont vraiment géniales et entrainantes selon l’endroit où vous êtes, elles sont très bien menées. Niveau voix, nous disposons d’un casting relativement aux petits oignons et voici un petit listing des doubleurs japonais qui s’occupent des Monstrums.
 
 
Adol est doublé par Yûki Kaji qui incarne,  Eren dans L’attaque des titansLyon dans Fairy TailShoto dans My hero academia, etc…
 
Alba Felis est doublée par Mikako Komatsu qui incarne, Rebecca dans Eden Zero, Maki dans Jujutsu KaisenGamo-chan dans Arrête de me chauffer Nagatoro, etc…
 
Falco est doublé par Kaito Ishikawa qui incarne, Tenya dans My hero academiaGenos dans One Punch ManNaofumi dans Tate no yuusha, etc…
 
Pupa est doublée par Aina Suzuki qui incarne, Mari dans Love LiveMez dans Akame ga killYoshi dans Arrête de me chauffer Nagatoro, etc…
 
Renegatus est doublé par Hiro Shimono qui incarne, Zenitsu dans Demon SlayerConny dans L’attaque des titans, Dabi dans My hero academia, etc…
 
Furens Taurus est doublée par Ayane Sakura qui incarne, Yotsuba dans The quintessential QuintupletsOchako dans My hero academia, Gabi dans l’attaque des titans, etc…
Graphismes 30%
 YS IX est clairement très en retard techniquement parlant et il semblerait que ça ne soit pas que sur Switch où ça pose problème. Les performances du jeu sont le plus gênant lors de mes sessions de jeux, fort heureusement le reste est acceptable, notamment le carac design que j'ai énormément apprécié. Grosse déception de retrouver un héros partiellement muet, je préfère un personnage qui ne parle pas du tout ou qu'il soit totalement doublé.

En conclusion, que penses-tu de cette découverte ?

Mes premiers pas au sein de cette licence très connue dans le milieu fermé des JRPG est-ce une réussite ou pas du tout ? Alors je dirais qu’ils sont plutôt réussis et ça fait plaisir, ayant joué à de nombreux JRPG, je commençais peu à peu à me lasser. Néanmoins, le jeu n’est pas dénué de défauts et il y a pas mal de choses à dire. Déjà, le côté technique est une véritable catastrophe sur la plateforme où j’ai pu le tester. La framerate est vraiment aux fraises tout comme la quasi-totalité du plan performance et graphismes, ce qui est vraiment regrettable alors que la console en a sous le capot. Un tel point que j’ai failli lâcher le jeu à cause de ça et pourtant, il m’en faut beaucoup, mais la framerate est le plus important pour un A-RPG comme YS IX.
 
L’écriture du scénario est vraiment bonne dans sa quasi-totalité, hormis le schéma qui reste identique pendant une bonne partie du jeu. Les personnages sont tous utiles à leurs façons et ils sont vraiment agréables. N’oublions pas le carac design des Monstrums tout simplement fabuleux.
 
En conclusion, ce fut une réelle surprise et je tenterais peut-être son prédécesseur. L’aventure fut fort sympathique en compagnie des Monstrums en quête de vérité ! 
 
Je tiens à remercier infiniment Koch Media pour l’exemplaire fourni pour le blog et ainsi qu’à Miyoki pour l’aide à la relecture des articles du blog. 
Note globale 70%

– Une gameplay nerveux !

– Un carac-design aux petits oignons.

–  Le scénario sympathique.

– Techniquement aux fraises.

– Relativement facile même en normal.

J.Swordy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *