Mes avis sur les animes de 2021 – Hiver

Enfin les articles sur les animes sont de retours sur le blog ! 

En premier lieu, toutes mes excuses pour ce manque d’article sur la japanimation et promis désormais, je ferais en sorte de varier les articles.

Mes visionnages s’avèrent être assez moindre cette année et surtout j’ai eu du mal à suivre le rythme de sortie des épisodes, mais j’ai fait en sorte de rattraper un maximum de retard. 

Avant de commencer, sachez que mes avis sont purement personnel et ne sont en aucun cas des avis total sur une oeuvre. Je peux apprécier une oeuvre que vous n’avez pas aimé et inversement. 

Bonne lecture à vous ! 

 

Horiyima

| Tranche de vie – Romance – Comédie – Scolaire   | 13 épisodes | Studio : CloverWorks – Disponible sur  Wakanim |

Les animes de type Slice of life/Romance est un genre que j’apprécie tout particulièrement et c’est pour cela que j’aime en avoir au moins un durant chaque saison, un peu comme les animes de sport d’ailleurs. Comme informé plus haut, l’anime a été fait par CloverWorks (Promised Neverland, Persona 5 The Animation, Darling in the Franxx, etc….), un studio que j’apprécie énormément pour leurs travails de qualité. Mais est-ce bien le cas pour cette adaptation très attendue des fans ?

L’histoire en somme est tout à fait classique, mais les relations entre les différents personnages sont très intéressantes et on se retrouve à avoir rapidement des binômes de cœur, comme j’aime bien nommer. Rien ne vaut un bon résumé pour vous décrire le plus facilement son histoire.

“Bien qu’admirée à l’école pour sa gentillesse et ses prouesses académiques, Kyôko Hori est cependant différente chez elle. Avec ses parents souvent absents pour travailler, Hori doit s’occuper de son jeune frère et faire le ménage, l’empêchant ainsi de se socialiser en dehors de l’école.

Izumi Miyamura, un camarade de classe d’Hori, est considéré comme un otaku maussade avec ses grandes lunettes, ses longs cheveux et sa nature timide et calme. Cependant, il est en réalité une personne gentille et serviable possédant neuf piercings cachés derrière ses longs cheveux et un tatouage le long du dos et de l’épaule gauche.

Un jour, Hori et Miyamura se croisent en dehors de l’école par pur hasard. Comment ces deux personnes vont réagir en découvrant la face cachée de l’autre ?” Source : Nautiljon

Pour clore le paragraphe sur le scénario, j’ai eu vent que certaines choses furent enlevé et que l’histoire avançait très rapidement, contrairement à son format d’origine, mais on pourra enfin être fixé d’ici l’année prochaine avec le manga qui sort chez nous !

La première chose qui m’a attiré l’œil est le choix de la palette de couleur. On se retrouve avec un anime très coloré et qui sent la bonne humeur. Chaque épisode était très agréable visuellement parlant, même si j’ai pu lire que certains n’étaient pas trop fan des différents choix d’animation. Ce qui n’a pas été le cas de mon côté, ici cela a fait mouche et c’était vraiment très agréable ! Restons sur la partie artistique, l’ost n’a pas été très marquante de mon côté et elle est malheureusement vite oubliable. ..

J’ai été assez agréablement surpris par cet anime. Il faut savoir qu’il fait partie de ces œuvres que je n’attendais pas spécialement, mais j’avais entendu une partie de la fanbase en parler et je me suis dit “pourquoi pas !”. Dans l’ensemble ce fut sympathique à regarder, mais on ressent le côté rush qui a été très souligné par les fans de l’œuvre originale. C’est pour cela que j’attends de pied ferme son format manga qui sort en Janvier 2022 !

Mushoku Tensei - Partie 1

| Aventure – Drame – Fantaisie – Ecchi   | 11 épisodes – Partie 1 | Studio : Studio Bind – Disponible sur  Wakanim |

Pour ce second anime, il s’agit là d’une œuvre où la communauté m’avait donné envie de le regarder. Il s’agit du controversé Mushoku Tensei qui se coltine un scénario très intéressant de par son univers très intéressant, mais celui-ci s’entache d’un héros trop pervers (et surtout malsain vu qu’il s’agit d’un homme adulte réincarné dans le corps d’un enfant) qui déplaît à beaucoup (je ne vous cache pas qu’il y a des scènes qui m’ont mis mal à l’aise.). Néanmoins, j’ai fait abstraction de cela et celui-ci semble plutôt se calmer au fil des épisodes, bref, c’est parti pour le résumé.

“L’histoire nous entraîne dans le quotidien d’un NEET qui vient d’être chassé de chez ses parents. Ayant le moral au plus bas, il pense au suicide. Jusqu’au jour où il aperçoit une ancienne camarade de classe sur le point de se faire renverser, et d’un geste héroïque, il l’a pousse et se fait renverser à sa place. Suite à ça, il meurt sur le coup puis se retrouve réincarner dans un monde fantastique.

Il se réincarne dans le corps d’un enfant du nom de Rudeus Greyrat. Il est le fils d’un épéiste nommé Paul Greyrat et d’une ancienne aventurière nommée Zenith Greyrat.

Bien décidé à faire quelque chose de sa nouvelle vie en tant que Rudeus, il va essayer de devenir le plus grand magicien de l’histoire. Source : Nautiljon

Passons désormais à la partie des graphismes qui ont fait mouche sur cette première partie. En effet, le studio derrière l’anime, nous offre une animation aux petits oignons. Les combats disposent sont d’une très grande qualité qui permet d’avoir un sentiment d’oppression dans ses combats. L’univers est à la fois très coloré comme très sombre, ce qui l’amène à avoir un ensemble de couleurs comme de paysage très varié !

Le plan musical de cette œuvre est très important. Puisque tout comme ses graphismes, le compositeur Yoshiaki Fujisawa (Dimension W, No game no life ZeroSora yori mo Tooi Bashoetc…) a réussi à apporter une certaine variété de musiques. Vous pouvez avoir des musiques très champêtres durant les moments de contemplation, comme des musiques avec un rythme effréné pour les affrontements.

Au final, Mushoku Tensei a fait polémique en 2021. De par son héros très discutable, car on a quand même un homme aux alentours de 30-40 ans qui n’hésite pas à la moindre occasion d’avoir un comportement très déplacé envers la gente féminine qu’elle soit majeure comme mineur. Fort heureusement, celui-ci change pas mal et tout le reste permet de gommer cela de mon côté, mais je peux comprendre qu’il freine beaucoup d’entre vous. Ce fut une très bonne surprise de cette découverte et qui plus est, les isekai est un genre que je n’apprécie pas forcément. C’est pour cela, qu’ils sont peu nombreux à être dans mes animes favoris, contrairement à Mushoku Tensei. 

Re:Zero - Saison 2 - Partie 2

| Action, Aventure, Drame, Fantasy, Psychologie, Romance et Thriller  | 12 épisodes | Studio : White Fox  | Disponible sur  Crunchyroll |
Aaaah Re:Zero, ce rare Isekai que j’apprécie et qui est clairement mon favoris du genre. Cette partie fut repoussée au grand désarroi des fans ainsi que de moi-même. Néanmoins, c’était un mal pour un bien  au vu de la superbe qualité qu’était la première partie de la saison 2.
 
“Un jour un jeune homme nommé Natsuki Subaru, à la sortie d’une supérette, est transporté dans un monde parallèle sans aucune explication. En essayant de comprendre pour quoi il se trouve ici, Subaru est attaqué par une bande de brigands mais est sauvé par une jeune fille : Emilia. Pour la remercier de l’aide qu’elle lui a fourni, il décide à son tour de l’aider à retrouver une voleuse qui lui a dérobé quelque chose.
 
 
Un beau jour, Emilia et Subaru sont attaqués et tués par une mystérieuse personne. Cependant, Subaru se réveille au lieu et au jour où il est arrivé dans ce monde. C’est à ce moment-là qu’il se rend compte qu’il peut retourner dans le passé après être mort.
 
 
Pour échapper à son funeste destin, Subaru décide d’utiliser son pouvoir pour sauver Emilia et pour se sauver lui-même.” Source : Nautiljon
 
Sans vous spoiler, la saison 2 fut magistrale en terme de scénario. Entre les différentes révélations marquantes comme tous les personnages qui ont été mis sous les projecteurs et les rendant TOUS intéressants ! Clairement, même le personnage qui m’agaçait le plus, beeeen je me suis mis à l’apprécier !  Chaque épisode a réussi à me captiver pleinement et je crois que c’est la plus longue séries d’épisodes où je me suis jamais ennuyé (et surtout où j’avais l’impression que l’épisode durait dix minutes ahaha).
 
Graphiquement parlant, c’est encore un sans faute ! Les épisodes où les flammes étaient très présentes, beeeen les jeux de lumières étaient juste extra ! Franchement c’était de tout beauté.  Même sur le plan des musiques, c’est juste démentiel ! Le studio Whitefox  (Goblin Slayer, Utawarerumono, Steins;Gate 0, Akame ga kill etc…) ont fait un boulot merveilleux. Les OST sont placées parfaitement durant les moments touchants comme les combats, mention spéciale à la musique chantée par Murakawa Rie, la doubleuse de Ram.
 
En conclusion cette seconde partie de la saison 2 de Re:Zero était juste une tuerie ! Tous les personnages ont été mis  en valeur et ça fait vraiment plaisir de voir que l’auteur ne fait pas l’impasse sur les personnages qu’ils soient secondaire ou non, pas comme dans certaines oeuvres. Pour moi il s’agit clairement d’un sans faute total, j’ai si hâte de voir la suite !

Beastars - Saison 2

| Drame, Mystère, Psychologie, Romance, Tranche de vie  | 12 épisodes| Studio : Orange | Disponible sur  Netflix |

Quand les mangakas essayent de faire en sorte de sortir du lot, cela ne plaît pas forcément à tout le monde et c’est pour cela que pas mal de personnes s’arrête au fait que l’on suit des êtres anthropomorphique. Or, cette œuvre traite de message fort et très lié à la société actuelle. Beastars est une œuvre que j’ai découvert grâce à son manga. Un petit résumé pour ceux qui ne connaissent pas.

“À l’institut Cherryton, herbivores et carnivores vivent dans une harmonie orchestrée en détail. La consommation de viande est strictement interdite, et les dortoirs sont séparés en fonction des régimes alimentaires. Tout pourrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes… Mais la culture ne peut étouffer tous les instincts. Quand le cadavre de l’alpaga Tem est retrouvé déchiqueté sur le campus, les méfiances ancestrales refont surface !

Legoshi est la cible de toutes les suspicions. Parce qu’il était proche de Tem, parce qu’il est une des dernières personnes à avoir été vues en sa compagnie, et surtout… Parce que c’est un loup. Pourtant, sensible et timide, il fait son possible pour réprimer ses instincts. Hélas, ses efforts sont vains face au vent de discrimination qui souffle sur le pensionnat…

Le seul qui pourra apaiser ce climat de terreur est le Beastar, le leader de l’école. Pour l’heure, les candidats se préparent, les élections approchent… Le favori n’est autre que le cerf Louis, étoile incontestée du club de théâtre auquel appartient Legosi. Bien décidé à remettre les carnivores à leur place, il fait mine de ne pas craindre les crocs acérés du loup gris. Mais peut-être serait-il mieux avisé de ne pas le sous-estimer !” Source : Nautiljon

Sans spoiler, la seconde saison fut intéressante, mais beaucoup plus lente que sa première partie. On voit énormément d’évolution sur nos amis les carnivores ainsi que les herbivores, notamment pour Legoshi. Cette partie s’arrête un peu brusquement, contrairement au manga, mais ce fut très intéressant au niveau du scénario. J’aime bien les nouveaux personnages, notamment Pina qui arrive à me faire rire alors qu’il devrait m’agacer ahaha.

Sur le plan graphisme, j’ai vu une réelle amélioration sur ce style très particulier mélangeant une sorte de 2D/3D. Les séquences d’actions ainsi que les plans fixes sont beaucoup plus beau à l’œil, même si ça n’a pas autant l’impact que le manga (et c’est ce que je regrette.). Les OST dans l’anime sont vraiment magnifiques que ce soit par leurs variétés comme ses musiques très jazz, un régal !

Bon, cette seconde saison a été sympathique, mais j’ai été plutôt déçu sur le plan de l’ambiance. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’agit du moment de l’œuvre où je suis resté scotché aux tomes lorsque je le lisais et malheureusement, la patte graphique a des difficultés à véhiculer certaines émotions (hormis l’un des derniers passages de la saison). Une légère déception, mais pour les anime only ça fera pleinement le boulot ! Ah oui, une troisième (et dernière) saison serait sur les rails.

Kemono Incidents

| Drame, Mystère, Surnaturel, Action  | 12 épisodes | Studio : Ajiado | Disponible sur  Wakanim |

Parfois, il m’arrive de choisir certaines animes au hasard et c’est tombé sur l’anime qu’est Kemono Jihen, plus connu chez nous sous le nom de Kemono Incident. J’en avait vaguement entendu parler sur Twitter, mais j’avais jamais voulu faire le premier pas en achetant le manga. Est-ce que son adaptation en anime va me donner envie d’acheter le manga ? Je vous dirais ça à la fin de mon avis sur cette œuvre.

“Depuis l’aube des temps, des créatures légendaires nommées Kemono vivent cachées des humains. Mais dans l’ombre, les deux espèces se sont mélangées donnant naissance à des hybrides de sang-mêlé. Parfois monstrueux, parfois innocents, ils sont chassés, détestés par ceux qui connaissent leur existence. Dans un petit village au fin fond des montagnes, Kabane est un jeune garçon orphelin pour qui la vie n’est pas toute rose : surnommé « le bouseux », considéré comme un moins-que-rien, il est maltraité, méprisé et rejeté par tous. Jusqu’au jour où Inugami, un détective tokyoïte, arrive pour enquêter sur la mort mystérieuse d’animaux en décomposition… – Source : Nautiljon

La partie scénaristique de cette œuvre est, dans l’ensemble, très simple que ce soit dans les caractères de ses personnages par exemple, si ce n’est que pour ne citer que cela. L’avancée du petit groupe est fort agréable à suivre de par l’évolution des personnages. La plus grand force dans cette œuvre sont les sujets traités (loyauté, solitude, amour, recherche de soi, etc.).

Graphiquement parlant c’est simple, mais efficace ! La palette de couleur fait un peu plat, donc un certain manque de nuance de couleur. Les animations ne m’ont pas spécialement marqué, donc je l’ai trouvé assez banale dans son ensemble. Le studio qui s’en occupe a fait très peu d’œuvres, les seules que je connaisse sont How Not to Summon a Demon Lord et Ascendance of a Bookworm.

Quant aux musiques, elles étaient plutôt classiques pour le genre, mais suffisamment efficace selon les moments que l’ont a dans l’œuvre. Je ne suis pas bien sur, puisque j’ai pu trouver que le nom du Sound Director de l’anime, mais si c’est ce monsieur qui a fait l’ost, il s’agirait de Nagasaki Yukio (Akudama Drive, B: The beginning, Beck, Blend S, Gleipniretc…)

Dans son ensemble, Kemono Jihen était intéressant, mais pas non plus transcendant. L’ensemble de ce qui constitue l’œuvre était vraiment classique et parfois, je m’ennuyais un peu. Alors est-ce que je vais faire le premier pas pour prendre le manga chez nous ? Peut-être pas au final, à moins que je trouve une bonne affaire en occasion. 

Uma Musume - Saison 2

| Drame, Tranche de vie, Sport | 13 épisodes | Studio : Studio KAI | Disponible sur Crunchyroll |

Jamais je n’aurais cru regarder un jour un anime sur des filles juments qui se défient sur des courses endiablées suivit d’un spectacle musical, mais désormais, c’est chose faite et ce n’est pas pour me déplaire ! Après une première saison sympathique, est-ce que cette seconde saison sera meilleure ? Et bien, je vais vous le dire !

Niveau scénario rien de plus simple. Alors que nous avons suivi l’innocente Special Week dans la première saison, dans cette seconde, vous suivez les aventures hippiques de la fille-jument Teiou. Celle-ci s’avère plus énergique et moins naïve que la précédente héroïne que nous voyons toujours dans cette saison. Les spectacles musicaux qui étaient très nombreux dans la première saison ont été drastiquement réduit dans celle-ci, mais contrepartie vous avez beaucoup plus de courses. C’est pourquoi j’ai réussi à m’attacher plus facilement à elle qu’à Special Week qui avait tendance à m’agacer par moment. Le côté dramatique fut très bien traité et cela a amené à avoir des moments très triste, que ce soit pour notre personnage principal comme les autres personnages.

Toujours haut en couleur, Uma Musume redore toujours ce blason qu’il avait dans sa première saison avec des couleurs très variées et d’un chara-design aux petits oignons, amenant l’œuvre à avoir un potentiel énorme de waifu. J’ai trouvé les courses bien plus agréables à l’œil contrairement à la précédente saison où elles étaient parfois assez discutables. Les musiques sont toujours bien adaptées à l’œuvre qui permet d’avoir des moments haletants comme très tristes.

Cette seconde saison d’Uma Musume est pour moi une très grande réussite ! On a remarqué qu’ils ont appris de leurs erreurs, notamment au niveau des graphismes où ils ont fait de gros efforts. Ce qui m’a énormément plu dans cette saison est la nouvelle héroïne que je trouve plus attachante et surtout les émotions véhiculées dans cette saison qui sont très bien dosées.

Cet hiver 2021 a été vraiment très agréable avec beaucoup de suites qui ont su me marquer énormément. L’ensemble de ce que j’ai pu voir était tous réussi en terme d’animation et ça, je suis obligé de le souligner ! 

Et vous durant cet hiver 2021, quel a été votre coup de cœur ?

Merci à vous pour avoir pris le temps de lire cet article ! 

Rendez-vous prochainement pour la suite de cette série avec les animes du printemps 2021 !

J.Swordy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.